Effets sur la truie et le porcelet

A la naissance, le porcelet dispose de très peu de réserves, proportionnellement 10 à 12 fois moins que le nouveau-né humain. 1I est donc totalement dépendant du colostrum que lui fournit sa mère. Le profil lipidique du colostrum est, dans une large mesure, reflêt de celui de l'aliment distribué à la truie en fin de gestation. Et comme le porcelet ne semble pas réguler sa prise colostrale en fonction de sa teneur en matières grasses, il y a donc tout intérêt a y concentrer les lipides. Les analyses de lait de truies ayant reçu du lin extrudé ont montré plus de graisse et un meilleur profil lipidique, ce qui s'est traduit par un accroissement du poids des porcelets au sevrage de 6%, soit environ 490 grammes pour un sevrage à 28 jours ou de 400 grammes pour un sevrage à 21 jours.

En améliorant les porcelets nés par nichée et l’intervalle saillie – saillie fécondante, on agit directement sur la rentabilité d’une truie.

cochon 4

Effet sur le porc d'engraissement

Qualité diététique de la viande

Les recommandations actuelles alimentaires préconisent un apport accru d'acides gras oméga 3. L'affourragement de lin extrudé à des porcs d'engraissement entraine une amélioration du profil lipidique de la viande par un rapport oméga 6/ oméga 3 proche des recommandations diététiques, sans influencer négativement les performances d'engraissement des animaux.

Qualité technologique de la viande

L'apport de lin extrudé modifie la quantité d'oméga 3 contenue dans la viande de porc, mais ne modifie pas significativement la qualité technologique de la viande si on limite l'apport de lin extrudé à 3% de la ration.